logo.gif

ENFANTS, ESPOIR DU MONDE : EEDM

eedm_bandeau.jpg

 Mouvement d'aide à l'enfance en détresse. Association dont la mission est reconnue d'utilité publique.

Nos objectifs : Education et santé 5000 enfants aidés là-bas Des bénévoles ici --> La totalité des dons pour les enfants là-bas Parrainer un enfant avec seulement 25€ par mois, mais il ne reste que 6,25€ à votre charge après réduction d'impôt

EEDM
Les centres
Ventes d'artisanat
Visites

 412948 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

DHAKA BANGLADESH
L’école du bidonville (slum) de Sayeedabad
vue_slum.jpg

 

 

 

Au début des années 1990, M. Abdur Rashid Chowdhuri, sensible au sort des enfants des bidonvilles, décide la création de l'association BINA SANGSTHA qui va commencer son action dans le slum de Sayeedabad (un parmi les nombreux bidonvilles de Dhaka).

Ce slum est situé de part et d’autre de la voie ferrée (dangereuse parce que bien fréquentée), sur un terrain inondable pendant la mousson. Début 1995, 50 familles y étaient installées; un an et demi après, en juin 1996, les familles étaient au nombre 130. Très vite s'y installent environ 200 familles Les conditions de vie sont difficiles: manque d’hygiène, problèmes de latrines, seulement 2 points d’eau et aucun système d'évacuation des eaux usées ou des eaux de pluie. Les pères de familles, essaient de travailler comme conducteurs de rickshaw, journaliers, collecteurs de vieux papiers; marchand ambulant ; les mères sont parfois employées de maison, certaines mendient avec un enfant dans les bras.

Avant le démarrage du projet, les enfants étaient peu scolarisés : l’école privée proche est hors de prix et pour aller à l’école publique il faut un uniforme, acheter les livres, payer un droit d’inscription ; de plus l’enseignement n’est pas de qualité et les parents doivent avoir recours à des cours privés, ce à quoi les enfants du slum ne pouvaient pas accéder. Jusque là, les parents se débrouillaient dans la vie, sans savoir ni lire, ni écrire …ils ne voyaient pas l’utilité de l’école. Il fallait donc créer une école sur place.

Depuis le début, un gros effort de sensibilisation sur l’importance de la scolarisation et de l’éducation des enfants est fait, auprès des parents, par l’instituteur. Les responsables de Bina Sangstha, sont convaincus que l’espoir d’un avenir meilleur passe par l’action auprès des enfants. Un effort est également fait en direction des grandes filles et des mères: des formations, notamment en couture, sont organisées et une auxiliaire sanitaire réunit les femmes pour leur apprendre les bases de l'hygiène corporelle et alimentaire.

En 1995, la famille Ahmed, installée en Alsace, ayant des attaches à Dhaka, sollicite EEDM pour une aide servant à construire une salle de classe, en bois, bambou et sur pilotis.

M Chowdhuri, seul enseignant, commence alors à accueillir une centaine d'enfants, répartis en 3 groupe d'âges et fonctionnant par tranches de 2 heures.

Au fil des ans, l'aide de EEDM permet d'embaucher d'autres enseignants, d'accueillir davantage d'enfants, de construire d'autres salles de classe. Depuis l'année 2000, l'ensemble des niveaux de classes fonctionne (préparatoire et 5 niveaux élémentaires) ; Actuellement 7 enseignants accueillent près de 200 enfants répartis en 7 classes.

La classe préparatoire et la classe I ont un heure et demie de cours, les autres davantage, jusqu’à 4 heures par jour pour les niveaux IV et V. Beaucoup d’enfants arrêtent après la classe III lorsqu’ils savent lire et écrire, d’autres continuent jusqu’à la classe V , certains vont au collège.

Chaque année et dans toutes les classes, un examen décide du passage de l’élève en classe supérieure.. Pour les 200 enfants, très majoritairement assidus et appliqués, le succès est au rendez-vous, pour la plus grande fierté des enfants, des parents et des enseignants.

La famille Ahmed se rendant régulièrement sur place, est devenue le « trait d'union » entre ici et là-bas: elle ramène à chaque voyage photos, bilans, rapports et témoignages; ceci pour compléter les échanges entre les responsables ici et là-bas.

Le montant annuel de l'aide apportée par EEDM est passé de 10000 F au début à plus de 10 000 € actuellement. L’essentiel des fonds est affecté aux salaires des 7 instituteurs, dont certains sont à temps partiel. Les salaires mensuels ont dû être fortement réajustés au vu de l’inflation, mais un salaire mensuel plein reste de l’ordre de 120 €.

Au fil des ans, grâce au travail de M Chowdhuri et la compétence des enseignants, l'école obtient d'excellents résultats et à meilleure réputation que les écoles publiques ou privées voisines. La plupart des élèves sont pleins de vie, drôles, espiègles, certains sont plus timides, ont un peu plus de mal à suivre. De temps en temps l'un d'eux vient en classe avec son petit frère ou sa petite soeur qu'il est doit garder pendant l'absence de sa mère, celui ci reste alors sagement assis à côté de son aîné. Beaucoup d'enfants travaillent en dehors des heures de classe, ramassent des papiers et du plastique qu'ils revendent au recyclage. Tous font un effort pour arriver à l'école propres et bien habillés.

Beaucoup d'enfants, s'ils n'abandonnent pas les études, seraient capables de poursuivre, Faute de moyens, ils doivent souvent y renoncer. Ces dernières années, M. Chowdhuri et Bina Shangstha aidaient de leur mieux les élèves sortants en leur achetant les manuels scolaires et en leur payant les frais d'inscription; parfois ce n'était pas suffisant et de toutes façons, au fil des ans, le nombre de jeunes pouvant poursuivre des études, va croître. Au cas par cas des solutions sont trouvées dans des écoles gratuites ou avec l'aide d'associations caritatives. A partir de la classe IX, les jeunes peuvent donner des cours privés et gagner un peu d'argent.

Le problème de la poursuite des études des jeunes après l'école élémentaire est crucial et non globalement résolu à ce jour.

Malgré tout l'espoir et l'enthousiasme des responsables, des enfants et des parents sont intacts ; vous en avez l'illustration à travers les joies, les réussites mais aussi les déboires que vivent ces familles du slum
(lire la suite cliquer ici)


classe.jpg

Date de création : 12/09/2007 : 08:46
Dernière modification : 02/12/2013 : 07:26
Catégorie : - BANGLADESH
Page lue 4520 fois